L'autosurveillance glycémique chez l'adulte

Partager cet article:

mesure glycémie adulteMesurer le taux de glucose dans le sang régulièrement est un des piliers d’un suivi rigoureux dans le cadre du diabète, (notamment diabète de type 1).

L’autocontrôle glycémique se fait principalement à l’aide d’une bandelette à insérer dans un lecteur de glycémie, au bout de laquelle on vient déposer une goutte de sang (prélevée au bout du doigt).
Votre diabétologue vous a défini des objectifs glycémiques. Vos autocontrôles vous permettent de vérifier que vous vous en approchez le plus possible.
L’autosurveillance glycémique est automatique en cas de diabète de type 1 ou de diabète gestationnel et peut l’être chez certains cas de diabète de type 2. Elle ne remplace pas le dosage de l’hémoglobine glyquée , qui donne une appréciation de l’équilibre du diabète sur une plus longue période.

En règle générale, pour un suivi de diabète de type 1, il vous sera demandé de faire des glycémies avant et après chaque repas, au coucher, ainsi que lors de situations inhabituelles comme des signes d’hypoglycémie (en savoir plus) ou d’hyperglycémie (en savoir plus).

Cet autocontrôle permet de savoir entre autre :

  • Si le débit de base de la pompe à insuline ou l’insuline lente injectée par stylo est adapté à vos besoins, en dehors des repas, par les glycémies à jeun, juste avant le repas.
  • Si le bolus envoyé par la pompe à insuline ou l’injection d’insuline rapide faite par stylo juste avant le repas compense la montée glycémique du repas , par une glycémie réalisée deux heures après le début du repas .

L’interprétation des résultats vous permet d’adapter votre traitement en fonction de vos résultats et des objectifs définis par votre médecin.
Certaines situations vous demanderont éventuellement de renforcer le contrôle glycémique notamment en cas de grossesse, maladie, vomissement, prise de médicaments (ex : corticoïdes), sport intensif et/ou de longue durée…

Pour que la mesure soit correcte, il est important de réaliser une glycémie sur des doigts propres et secs. En effet, les dépôts sur les mains (ex : gel hydro alcoolique, crème pour les mains, terre, nourriture…) viennent perturber le résultat et vous donneront des valeurs fausses.

N’oubliez pas qu’il est souhaitable de  ne pas  piquer le pouce et l’index et qu’il est important de changer de doigts et de piquer sur leurs côtés (et non au centre de la pulpe, qui peut entraîner à long terme une désensibilisation au bout des doigts).

Et avec la pompe à insuline ?

La pompe à insuline demande un suivi glycémique régulier et sérieux pour maximiser son efficacité.

Certains modèles de pompe à insuline sont couplés avec un lecteur de glycémie externe qui envoie le résultat de la glycémie à la pompe. Lorsque l’Infirmier ISIS Diabète télécharge les données de la pompe, il pourra mettre en corrélation les glycémies avec les débits de base (insuline pour couvrir les besoins à jeun) et les bolus (insuline pour manger) pour aider à l’interprétation par votre médecin. Cela permet d’avoir une bien meilleure lecture de ces données pour mieux les corriger si nécessaire.

Certains modèles de pompe à insuline peuvent être couplés à des capteurs de mesure de glucose en continu qui se change tous les 6 ou 7 jours. Ces capteurs peuvent être posés sur le ventre, le bras ou le haut de la fesse. C’est un petit boîtier de la taille d’une pièce de deux euros muni d’une canule sous la peau, qui va mesurer en continu la glycémie dans le liquide interstitiel (liquide sous la peau) et envoyer les données à la pompe. La pompe va les retranscrire sous forme de courbes, avec des tendances fléchées, pour indiquer si la glycémie évolue rapidement ou très rapidement. Ces capteurs ne dispensent pas de faire des glycémies 2 fois par jour, pour calibrer le capteur toutes les 12 heures maximum, mais aussi en cas de doutes.

Plus récemment, des capteurs de glycémies sont disponibles sans l’intermédiaire d’une pompe comme récepteur. Le lecteur de glycémie jour ce rôle. En le plaçant devant le capteur, la glycémie s’affiche de même que le cycle glycémique , sans avoir à se piquer le bout du doigt.

A l’heure actuelle, ces capteurs de mesure de glucose en continu ne sont pas pris en charge par l’Assurance Maladie et restent intégralement à la charge du patient.

Pour en savoir plus sur la pompe à insuline