“Pour rien au monde je ne rendrai cette pompe”

14 juin 2018 Témoignages
Partager cet article:

Diabétique de type 2 depuis 2001. Décelé suite à une très grande soif, premièrement. Puis un malaise en voiture et une prise de sang. J’ai été mis sous traitement par comprimés. Ensuite sous insuline par stylos. Enfin sous pompe à insuline depuis octobre 2010.

Il faut savoir que la diabétologue m’a proposé deux fois la pompe à insuline et que j’ai refusé cette dernière après avoir été sur des sites internet pour peser le pour et le contre. D’où ma résistance à avoir une pompe à insuline.

Une troisième fois, ma diabétologue me l’a reproposé car mon diabète était souvent en hyperglycémie, de plus j’étais sur-insuliné d’où une prise de poids importante.

La peur d’avoir une pompe à insuline et aussi de se faire une « montagne » vis-à-vis du cathéter. Après avoir eu une formation d’une semaine en diabétologie, un rééquilibrage de mon diabète, de bonnes explications, je me suis rendu compte que la pompe m’était vraiment utile et finalement n’était plus un inconvénient (diminution de moitié de l’insuline). Le changement du cathéter et la gestion de la pompe à insuline sont très faciles.

A ce jour, pour rien au monde je ne rendrai cette pompe. Le port de cette dernière et du cathé sont très discret vis-à-vis du public et autres regards.

Cela ne m’empêche pas de jardiner, chasser, pêcher, aller à la piscine, partir tranquille en vacances.

Ma relation avec ISIS Diabète est très très satisfaisante avec une prestataire qui est au top et qui est très à l’écoute de son patient.

Daniel, 60 ans, Le Grand Bourg (23), diabétique de type 2 depuis 2001 sous pompe à insuline depuis 2011.

Retrouvez l’ensemble de nos témoignages dans la section Témoignages de notre magazine!

Ne manquez plus les actualités ISIS Diabète, rejoignez-nous sur LinkedIn et YouTube.