La pompe à insuline rend plus libre!

23 janvier 2019 Témoignages
Partager cet article:

La pompe à insuline rend plus libre!

J’ai 57 ans, je suis diabétique insulino-dépendante depuis 41 ans. Le premier mois, j’étais aux cachets puis très rapidement, je suis passée aux piqûres. 1 puis 2 , puis 3 par jour pour essayer de stabiliser mon diabète, mais sans succès… Mon hémoglobine glyquée variait entre 14 et 16 %.

Lorsque je suis arrivée chez le Dr B., il m’a parlé de la pompe à insuline mais je n’ai rien voulu entendre. Enfin, je me suis décidée en 2007, après avoir été 33 ans avec mes piqûres. Au début, c’était difficile car j’avais peur que la pompe ne soit pas aussi efficace que mes piqûres. Elles me manquaient. Aujourd’hui, je ne pourrais pas me passer de ma pompe: mon hémoglobine glyquée tourne autour de 7,3 %. Avant, je me piquais 3 fois par jour. Maintenant, je me pique 1 fois tous les 2 jours et je trouve que cela revient vite.

Il y a quelques inconvénients: le cathéter, la seringue lorsque vous avez laissé passé quelques bulles d’air par inadvertance, lors de son remplissage… Ce sont des choses qui peuvent arriver.

Si j’avais fait confiance plus tôt au Dr B. et à son équipe, il y a longtemps que ma vie aurait été plus facile et plus heureuse. La pompe à insuline rend plus libre. Fini de regarder sa montre pour ne pas oublier l’heure de ses piqûres!

Témoignage de Marie-Christine, 57 ans, Senonches (28), diabétique depuis 41 ans, sous pompe depuis 2007

Retrouvez l’ensemble de nos témoignages dans la section Témoignages de notre magazine!

Ne manquez plus les actualités ISIS Diabète, rejoignez-nous sur LinkedIn et YouTube.