« Sur la plage, piscine ou dans l’intimité, il est possible de se déconnecter »

27 mai 2015 Témoignages
Partager cet article:

Je suis diabétique depuis l’âge de 15 ans (aujourd’hui 67 ans) et j’ai 44 années d’injections et 8 années sous pompe. Pompe à insuline que j’ai eu du mal à accepter. Mais après ce délai d’acceptation, celle-ci me semble indispensable pour vivre une vie normale.

Elle devrait être prescrite par tous les médecins car les résultats HbA1c le prouvent. Elle nécessite un contrôle de glycémie plus fréquent ; mais il est logique d’avoir les yeux sur « le compteur » pour se maintenir à un taux proche de la normale. Surtout avec les activités, on peut augmenter ou diminuer les doses d’insuline en cas d’hyper ou d’hypoglycémies.

Bien sûr, sur la plage, à la piscine ou dans l’intimité il est possible de se déconnecter, dans ce cas il ne reste qu’un patch de 2 cm qui passe inaperçu.

Tous les diabétiques devraient l’essayer. Suivis par l’Infirmière de chez ISIS très compétente sur ce sujet 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Christian, 67 ans, Belhomert (28) diabétique de type 1 depuis 1962 sous pompe à insuline depuis 2006.