La neuropathie parlons-en

Partager cet article:

la neuropathie diabétique

La neuropathie est le terme consacré pour parler des maladies du système nerveux  donc des nerfs. L’hyperglycémie répétée du diabète peut engendrer une destruction partielle ou totale des nerfs,  les empêchant  d’assurer leurs fonctions.

La neuropathie diabétique présente des particularités par rapport aux autres neuropathies non diabétiques. Elle affecte surtout  les nerfs des membres inférieurs qui sont séparés en deux groupes : les nerfs « sensitifs » ceux de la douleur,  et les nerfs « moteurs » ceux qui stimulent la contraction musculaire.

Un diabétique peut se plaindre d’un excès de douleurs dans les pieds et/ou les jambes, sous forme de crampes fréquentes la nuit ou le jour, de sensations de fourmillement. Il peut aussi  moins ressentir ses jambes  lorsqu’il se cogne, se gratte ou même ne plus ressentir une  plaie au niveau des pieds. C’est la neuropathie sensitive diabétique. Il faut que le médecin puisse la détecter lors des consultations. Le patient doit raconter ses douleurs. Le médecin  évalue le niveau de sensation au toucher par un coton ou une aiguille. Chiffrer cette perte de sensibilité permet de remplacer une alerte normale  « douleur » par un « examen personnel  quotidien » qui va détecter les ampoules ou des petites plaies au niveau des pieds.  Ainsi, on prévient  les complications graves  en changeant ses habitudes dans la taille des ongles des pieds avec des ciseaux à bouts ronds, dans le séchage des pieds après la douche  pour ne pas qu’ils macèrent, dans le choix de ses chaussures…Entre les consultations,  l’examen des pieds  peut être fait par une tierce personne en cas d’impossibilité personnelle.

La neuropathie atteint les nerfs qui commandent les muscles, toujours au niveau des membres inférieurs.  Le diabétique rapporte une fatigabilité à la marche, une gêne pour lever la pointe du pied qui explique l’accrochage des trottoirs ou des marches d’escaliers.  Plus rarement, la neuropathie peut atteindre d’autres nerfs, au niveau du cœur avec des troubles du rythme cardiaque, des vertiges; au niveau  urogénital  avec perte d’urine, impuissance; au niveau digestif sous forme de diarrhées ou constipation. Le meilleur moyen de prévenir la neuropathie diabétique est d’équilibrer au mieux son diabète et de se faire suivre régulièrement par son médecin. La Sécurité Sociale a prévu des remboursements de consultations podologiques en cas de « pieds diabétiques ». La Sécurité Sociale a aussi prévu des formations pour les diabétiques sous forme « d’éducation thérapeutique » pour qu’ils apprennent à être un bon médecin pour eux-même.  Parlez-en à votre médecin.